Bienvenue, Père Cyprien !


Le Père Cyprien, que les fidèles de Myans avaient déjà rencontré l’été dernier, est revenu à Myans cette année. Laissons le se présenter ! Et rendons grâce à Dieu pour sa présence parmi nous !

Né le 22 Septembre 1977 à Bouca, l’une des Sous-préfectures de l’Ouham situé au Nord de la République centrafricaine, je réponds au nom de Deddy Cyprien BAZOUA  issu d’une famille chrétienne de quatre enfants dont je suis le benjamin. J’ai perdu deux de mes frères avant mon entrée Petit Séminaire Saint Jean de Bossangoa le 15 Septembre 1990 et le troisième dix-sept ans plus tard soit deux ans après que je sois ordonné prêtre. L’évènement fatal qui a failli faire obstacle à ma vocation fut la disparition tragique de l’un deux à une semaine juste de mon entrée au Séminaire. La tentative de certains membres influents de la famille visant à convaincre mon père de ne pas me laisser entrer au Séminaire suite à ce malheureux évènement  fut vaine.

C’est dans ce douloureux contexte que j’ai répondu à l’appel de Dieu sans en avoir une idée précise comme Samuel. C’est au fil du temps que j’ai discerné au long de mon cheminement l’appel de Dieu. Disons que le déclic fut le témoignage de vie de prêtres qui étaient devenus pour moi des modèles à imiter. J’ai vite été touché par cette parole forte de l’Apôtre Paul : « Soyez mes imitateurs comme je le suis moi-même du Christ. »

Après l’obtention de mon Baccalauréat, j’ai continué mes études philosophiques et théologiques au Grand Séminaire Saint Marc de Bangui-Bimbo en Centrafrique bien entendu.

Le 20 Juin 2004, j’ai été ordonné diacre ; après une année de stage diaconal, j’ai été ordonné Prêtre le 21 Août 2005 des mains de Monseigneur François-Xavier YOMBADJE actuellement évêque émérite. J’ai fait une riche expérience pastorale sur au moins cinq paroisses. La dernière où j’ai servi comme curé est la paroisse Notre Dame des Anges de Kabo, une ville réputée dangereuse puisqu’étant l’un des bastions des éléments du mouvement armé de la séléka. Il faut ici rappeler que la République centrafricaine traverse depuis 2013 une crise militaro-politique qui continue à la fragiliser jusqu’à ce jour. Cette crise  continue à porter un grand coup à la mission évangélisatrice en Centrafrique.

Dans le cadre d’échanges entre églises, l’Archidiocèse de Chambéry qui vit un lien très fort avec l’église de Ouagadougou au Burkina-Faso entretient aussi un lien avec le diocèse de Bossangoa en République centrafricaine. C’est dans ce cadre qu’il m’a été permis de faire l’été dernier une expérience à Savoie et plus précisément au Sanctuaire Notre Dame de Myans. La riche expérience de mon passage dans cet historique et haut lieu spirituel n’a pas été de moindre. J’ai la grâce d’y revenir cette année et cette fois-ci pour une durée un peu plus longue que l’année dernière : un an. Un an durant lequel je vais apporter ma modeste contribution en terme de service pastoral pour donner un coup de pouce à la fraternité de Myans.

Arrivé le 1er Août de l’année en cours, mon intégration se fait sans écueil dans cette joyeuse communauté pour y être déjà venu. Quand bien même je sois loin de ma terre natale, des amis et des parents, le Seigneur a pourvu  à ce manque en me comblant de personnes souriantes et gentilles que je croise ici. C’est pour moi une joie de redécouvrir ce haut lieu spirituel, de côtoyer les pèlerins et de rencontrer les sympathiques paroissiens de Myans qui m’avaient déjà réservé un chaleureux accueil l’an dernier et à qui je profite de cette occasion pour leur témoigner ma profonde gratitude. Que Dieu les bénisse et qu’Il bénisse aussi les activités du Sanctuaire afin d’être toujours le lieu de grâces par l’intercession de Notre Dame de Myans;
Père Cyprien