Sous l’appellation générale « Sanctuaire Notre Dame de Myans » sont regroupés :

  • Le sanctuaire proprement dit, dédié à Notre Dame de Myans, avec son église supérieure et sa crypte où se trouve la statue vénérée de Marie.
  • La maison des Pères, construite autour d’un cloitre, où habitent les membres de la Fraternité.
  • La maison de rencontres spirituelles de Myans, qui offre divers services aux pèlerins, services et mouvements d’Eglise qui souhaitent être accueillis à Myans pour des réunions, des retraites ou des séjours et évènements en lien avec l’esprit du sanctuaire. Elle dispose de salles de réunion, et offre une possibilité de restauration et de logement simple.
  • Le magasin, seule librairie religieuse du bassin chambérien, qui propose également la vente d’objets d’art sacré, et de cierges, lampes votives et bougies destinées au sanctuaire. Elle est également un lieu d’accueil et de renseignements pour les pèlerins et visiteurs.

En vidéo


L’Histoire

Les plus anciens textes relatifs à Myans signalent l’existence d’une chapelle en ce lieu vers l’an 1000, modeste oratoire.

Le 24 novembre 1248, le Mont Granier (1938m) s’effondra sous l’effet de l’érosion et sans doute à l’occasion d’un tremblement de terre. Une masse de roches estimée à 500 millions de mètres cubes se détacha du Mont et s’écroula ensevelissant les villages alentours, et tuant plus de 5000 personnes. Seule au milieu du désastre, la chapelle de Myans fut épargnée. Les énormes rochers et les éboulis dévalant des hauteurs s’arrêtèrent net devant la porte, alors qu’à droite et à gauche des blocs poursuivirent leur route jusque dans la plaine.
Au sein de cette dévastation générale, la préservation étonnante de la chapelle apparut comme un véritable miracle de la Vierge. Dès lors, on vint à Myans pour supplier Notre Dame spécialement dans les épreuves, les épidémies, les fléaux.

Jacques de Montmayeur résolut de fonder à Myans un couvent de l’ordre de St François, et des travaux d‘agrandissement furent exécutés dans la première moitié du XVème siècle. L’église supérieure fut consacrée en 1458, et les travaux de l’ensemble terminés en 1498.

Après la Révolution, qui avait chassé les religieux, on installa sur le clocher rehaussé une statue monumentale de la Vierge en bronze doré, le 17 octobre 1855.

La Vierge noire fut couronnée le 17 aout 1905 par le Cardinal Couillé, archevêque de Lyon, délégué pour l’occasion par le Pape Pie X. En 1913, un campanile fut édifié sur le faîte de l’église pour abriter un carillon de 14 cloches. La restauration complète de la crypte fut assurée en 1936 (fresques de Léon Raffin), celle du chœur en 1972 et de l’église supérieure en 1978


Les immanquables du sanctuaire

Découvrez les en cliquant ici !


Pour en savoir plus

Deux documents, disponibles à la boutique, décrivent en détail le sanctuaire :

  • Livre « Notre Dame de Myans », A Pachoud, éditions Neagraphic
  • Brochure « Notre Dame de Myans », éditions Wadoo 2013