L’édito du recteur (9 juillet 2020)

Chers amis, au-dessus de nos têtes, le soleil est de retour ! Avec lui, la bonne humeur, la gaité et les joies de l’été. De nombreuses personnes vont se déplacer. D’autres recevront des amis et des membres de leur famille. Nous vous souhaitons nos meilleurs vœux pour cette belle période de l’année. On en a bien besoin après le temps des incertitudes liées au confinement. Mais n’oublions pas de penser déjà à l’année prochaine et aux projets que nous formulons.

La période de confinement a été un moment difficile pour certains mais également un moment de ressourcement intérieur pour d’autres, bien plus nombreux qu’on ne pourrait l’imaginer. En tout cas, ce fut un temps diversement apprécié. Depuis plus d’un mois on essaie de tout remettre en ordre : tout   remettre à l’endroit pour pouvoir vivre comme avant. Mais est-ce possible de vivre comme avant alors que nous    naviguons en pleine incertitude devant un futur encore menacé par un retour hypothétique de cette pandémie ?  Mais est-ce possible de vivre comme avant quand le syndrome de la cabane et la peur de sortir de son lieu d’enfermement qu’il véhicule, freine l’élan communautaire habituel ?

Pour nous, il s’agit de relever la tête et d’avancer au large avec l’assurance que la providence divine par laquelle Dieu conserve et gouverne le monde qu’il a créé et conduit les êtres à la finalité pour laquelle ils sont créés, est à l’œuvre. Cette certitude ne doit pas nous rendre imprudent ; tout au contraire. Nous avons la faiblesse de croire que les mesures préconisées en toute bonne foi sont prises pour le bien des individus et de la communauté. Nous sommes donc moralement tenus de les respecter.

Au cœur de nos rencontres et joies estivales n’oublions pas d’accorder un peu de place à Dieu. Comme dit le Deutéronome, « Tu rechercheras le Seigneur, ton Dieu et tu le trouveras si tu le cherches de tout ton cœur et de toute ton âme » (4,29). En attendant de nous retrouver pour relancer une nouvelle    année pastorale, nous vous souhaitons de profiter de ce temps favorable pour faire le plein d’énergie car demain nous est inconnu. N’oubliez pas de prendre soin de vous et des autres. Le Covid-19 n’a pas disparu. Que le Seigneur vous garde tous dans sa paix !

P Christian Auffret, recteur.